Partenaires


 


 


  


 

 

En lever de rideau de France- Islande, un match de qualité s’est déroulé entre certains joueurs du stade.

C’est ainsi qu’il y eut des révélations, à commencer par Stéphane Babeaud , un petit jeune de 47 ans qui a prouvé en quelques minutes qu’il n’avait pas à rougir  en comparaison de Dimitri Payet.

Il y a eu aussi Olivier Hagg (surnommé le « rocher des 4 roues », où il habite) au poste de stoppeur, dans l’équipe adverse. Il est malheureusement trop  tard pour que Deschamps soit au courant et l’intègre dans sa liste des 23, lui qui cherche désespérément un arrière central d’envergure.

Jean Marie  Broquin a aussi prouvé qu’il pouvait remplacer Patrice Evra quand ce dernier partira à la retraite, en 2047.

Nous n’avions par contre pas compris comment Gunnarson, le capitaine islandais pouvait être présent parmi nous (regardez sur la photo, c’est le « petit » avec son fils sur ses épaules), avant de comprendre que Stéphane Allain n’était qu’un simple sosie (à moins que cela ne soit le contraire), et ceci dès le premier ballon.

Erwan Legall (dit le « gallois »), a fait valoir un solide jeu de tête, mais ne mérite quand même pas le surnom de « président » dévolu à jamais à Laurent Blanc.

 

Un semi-professionnel s’était glissé parmi ces joueurs du dimanche : Flavien Dion, qui a étonné ses amis par son calme sur le terrain, alors qu’il est « légèrement » énervé d’habitude sur un terrain de tennis.

Il y a eu par contre des déceptions avec notamment Antoine Janin, dont la valeur de transfert est visiblement largement usurpée, et proche en fait de zéro.

Qu’a donné ce match? De la grande qualité sur le terrain , mais un match largement gâché par la faiblesse de l’arbitre , inventant des règles au fur et à mesure et confondant les scores , sans compter le fait qu’il a une très mauvaise vue.

Malgré cet arbitre visiblement acheté, et dont nous tairons le nom, l’équipe la plus valeureuse a triomphé sur un  penalty transformé par le meilleur espoir Evan  Allain, c’est-à-dire le fils de Gunnarson.

Nous ne dirons pas que ce pénalty a été sifflé par Clément Junqua (ah, j’avais oublié que  nous tairions son nom), qui pour une fois ne s’est pas trompé, suite à une grossière erreur d’Antoine Janin, qui avait mis sa main là où il ne fallait pas.

Tout ce petit monde a ensuite posé pour laisser une trace dans l’histoire, avec une photo prise par Jean- Paul Orillard, ex vedette de Saint –Genest d’Ambierre, qui a pour une fois servi à quelque chose.

 

Allez la France !